SOPHIE CHMURA, Le Secteur Sauvegardé de la ville de Rennes : l’habitat urbain du Moyen-Âge à la Révolution

EXTRAIT du mémoire de D.E.A soutenu à l'Université de Rennes 2, Laboratoire histoire et critique des arts, 2003, 3 tomes.

Plan Secteur Sauvegardé

Limites du secteur sauvegardé de la ville de Rennes; échelle 1/4000.

INTRODUCTION

La « loi Malraux » du 4 août 1962 a permis la création de la procédure des secteurs sauvegardés. Deux objectifs principaux ont présidé à la promulgation de cette loi : dans un premier temps, éviter la disparition ou une atteinte irréversible aux quartiers historiques en instituant des mesures juridiques de protection ; dans un deuxième temps, requalifier le patrimoine historique, architectural et urbain et moderniser les logements anciens pour assurer une qualité d’occupation conforme au mode de vie contemporain au moyen de mécanismes spécifiques d’intervention opérationnelle. La loi vise ainsi à associer « sauvegarde » et « mise en valeur » dans une démarche d’urbanisme qualitatif où, tout en préservant architecture et cadre bâti, les quartiers anciens peuvent avoir une évolution harmonieuse. Le centre historique de Rennes est devenu un « secteur sauvegardé » par arrêté interministériel le 7 janvier 1966. Ce secteur comprend pour l’essentiel, l’emprise de la vieille ville, antérieure au 15ème siècle, l’emprise de la première extension des remparts du 15ème siècle, ainsi que les faubourgs est et nord, soit une surface de trente-cinq hectares. Il englobe donc, au nord du fleuve, le quartier reconstruit au 18ème siècle et les quartiers qui ont échappé à l’incendie, aux rues bordées de maisons à pans de bois. Il est délimité au nord par le passage du Louis d'or, la rue Saint Louis, la place Sainte-Anne, la rue de la Visitation et la rue des Fossés ; à l'est, par le Contour de la Motte et la rue Gambetta ; au sud, par les quais Châteaubriand, Lamartine, et Duguay Trouin ; à l'ouest, par la place de Bretagne, le quai Saint-Cast et le boulevard de Chézy. Une fois le secteur délimité, le plan de sauvegarde et de mise en valeur fut approuvé en Conseil d’État le 19 septembre 1985. Presque vingt ans se sont donc écoulés entre la création et l’approbation pour aboutir à un document qui a été modifié plusieurs fois depuis.

Pierre Prunet, Architecte en Chef des Monuments Historiques, avait été désigné le 22 septembre 1965 pour l’élaboration du plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur de Rennes (P.S.M.V.), ainsi que pour veiller à son exécution [1]. En janvier 1985, paraît le rapport de présentation du P.S.M.V. En conclusion de ce rapport, Prunet présente des excuses quant à la destruction en 1980 de l’hôtel des « Quatre-Bœufs », connu depuis longtemps par les Rennais comme « la pittoresque et antique hostellerie des Quatre-Bœufs, l’un des joyaux de la parure du Vieux Rennes » [2], qui était situé au numéro 3 carrefour Jouaust, c’est à dire au nord-ouest du périmètre de sauvegarde. D’après le plan du Secteur Sauvegardé de la ville de Rennes, voté par arrêté interministériel du 7 janvier 1966, l’immeuble était classé « à conserver et à restaurer ». D’autre part, il était situé dans les abords de l’église Saint-Etienne classée à l’inventaire des Monuments Historiques le 1er février 1978 [3]. Le cas a été débattu en commission nationale des secteurs sauvegardés le 9 juillet 1976 et bien qu’elle constate que « cet ensemble participe exactement au secteur sauvegardé car c’est pour la conservation de l’architecture mineure qu’a été créée la législation sur les secteurs sauvegardés » [4], elle accepte la solution de type « rénovation urbaine » proposée par la ville. Ces observations soulèvent quelques interrogations. Que savons-nous du carrefour Jouaust et de l’Hôtel des « Quatre-Bœufs » ? Que nous reste-t-il de ces bâtiments, de leur histoire, de leur environnement ? Étaient-ils des éléments représentatifs du patrimoine rennais ? Si oui, comment en est-on venu à mentionner cet ensemble comme « pouvant être restaurés ou remplacés » ?

[1] Archives Municipales de Rennes: 31W125Secteur sauvegardé, commission des sites 1965-1987. Création du secteur sauvegardé 1965-1966.

[2]Ouest-Éclair de Rennes, 13 novembre 1933, p.4.

[3] DRAC de Bretagne : Liste des immeubles protégés au titre des législations sur les Monuments Historiques et sur les sites dans le département de l’Ille-et-Vilaine, arrêtée au 1er novembre 1984, p.34-40. Tome III, 2ème partie, p.22-27.

[4] AMR: 1012W28Procès-verbal de la C.N.S.S. du 9 juillet 1976.